Les Franquillons en prennent plein la gueule aux Etats Unis (Traduction libre de Gilbert Geffroy)

Article en français ( traduction allégée !!)  et article de base en anglais.

TERRORISME – Les valeurs politiques et culturelles françaises jouent paradoxalement un rôle clé dans la radicalisation islamiste, affirment deux chercheurs américains qui ont étudié la mouvance extrémiste sunnite autour du monde.

Les récents attentats de Bruxelles, précédés de ceux de Paris en janvier et novembre 2015, « illustrent une vérité troublante: le danger que posent les jihadistes est plus grand en France et en Belgique que dans le reste de l’Europe », écrivent William McCants et Christopher Meserole de la Brookings Institution, un prestigieux centre d’études américain.

De fait, « aussi bizarre que cela puisse paraître, quatre des cinq pays enregistrant les plus forts taux de radicalisation dans le monde sont francophones, dont les deux premiers en Europe », relèvent ces deux chercheurs dans un article intitulé « The French Connection », publié jeudi dans la revue Foreign Affairs.

« C’est une insulte à l’intelligence »

« Ce texte ne fait aucun sens méthodologique. C’est une insulte à l’intelligence. De Proust à Daech (le groupe Etat islamique)? », a réagi l’ambassadeur de France aux Etats-Unis Gérard Araud sur son compte Twitter personnel. « La Belgique est à 45% francophone. Sa culture politique est sensiblement différente de celle de la France », a-t-il souligné.

This text doesn’t make any methodological sense. An insult to intelligence. From Proust to Daesh? https://t.co/lOwy3zTnGu

— Gérard Araud (@GerardAraud) March 26, 2016

Les deux auteurs de l’étude disent avoir étudié le contexte d’origine des étrangers ayant basculé dans le jihadisme, pour aboutir à cette conclusion « surprenante »: le premier facteur n’est pas qu’ils viennent d’un pays riche ou non ou d’un pays éduqué ou non; le premier facteur n’est pas non plus qu’ils soient eux-mêmes riches ou non, qu’ils aient un bon accès à l’internet ou pas. Le premier facteur est, selon eux, qu’ils proviennent d’un pays francophone ou qui a eu le français comme langue nationale. L’explication qu’ils avancent se résume en trois mots: la « culture politique française ».

Very good point for the @BrookingsInst. Waiting for the study : « The fattening effect of Jane Austen ». https://t.co/2TZiW3cgy4

— Gérard Araud (@GerardAraud) March 26, 2016

« Très bonne remarque, j’attends maintenant l’étude : les effets grossissants de Jane Austen »

« Laïcité plus ‘virulente »

« L’approche française de la laïcité est plus incisive que, disons, l’approche britannique. La France et la Belgique, par exemple, sont les deux seuls pays européens à bannir le voile intégral dans les écoles publiques », notent McCants et Meserole.

Les deux chercheurs affirment se fonder sur les nombres de jihadistes rapportés à la population musulmane des pays observés. Ainsi, disent-ils, « par habitant musulman, la Belgique produit nettement plus de combattants étrangers que le Royaume-Uni ou l’Arabie Saoudite ».

Auteur de l’ouvrage The ISIS Apocalypse sur le groupe Etat islamique, William McCants est un spécialiste reconnu du monde islamique au sein du Center for Middle East Policy, spécialisé dans l’implication des Etats-Unis dans cette région. Il conseille d’autre part le département d’Etat américain sur les questions d’extrémisme religieux.

Lui et Meserole insistent également sur un important sous-facteur: l’interaction entre les taux d’urbanisation et de chômage chez les jeunes. Quand le taux d’urbanisation est de 60 à 80%, avec une proportion de jeunes désœuvrés de 10 à 30%, alors apparaît une poussée de l’extrémisme sunnite. Or ces cas de figure s’observent surtout dans des pays francophones, assurent-ils.

Résultat, certaines banlieues de Paris, Molenbeek (Belgique) ou Ben Guerdane (Tunisie) génèrent proportionnellement un nombre « extrêmement important » de candidats au jihad, constatent-ils. Face à ce cocktail mêlant culture politique française, urbanisation et chômage des jeunes, William McCants et Christopher Meserole concèdent en être réduits à une « conjecture » qu’ils développent ainsi:

« Nous supposons que lorsqu’il existe de fortes proportions de jeunes sans emploi, certains d’entre eux sont voués à la délinquance. S’ils vivent dans des grandes villes, ils ont davantage d’occasions de rencontrer des gens ayant embrassé une doctrine radicale. Et quand ces villes sont dans des pays francophones ayant une conception virulente de la laïcité, alors l’extrémisme sunnite apparaît plus séduisant ».

 

 

The French connection: Explaining Sunni militancy around the world

Editors’ Note: The mass causality terrorist attacks in Paris and now in Brussels underscore an unsettling truth: Jihadis pose a greater threat to France and Belgium than to the rest of Europe. Research by Will McCants and Chris Meserole reveals that French political culture may play a role. This post originally appeared in Foreign Affairs.

The mass causality terrorist attacks in Paris and now in Brussels underscore an unsettling truth: Jihadists pose a greater threat to France and Belgium than to the rest of Europe. The body counts are larger and the disrupted plots are more numerous. The trend might be explained by the nature of the Islamic State (ISIS) networks in Europe or as failures of policing in France and Belgium. Both explanations have merit. However, our research reveals that another factor may be at play: French political culture.

Last fall, we began a project to test empirically the many proposed explanations for Sunni militancy around the globe. The goal was to take common measures of the violence—namely, the number of Sunni foreign fighters from any given country as well as the number of Sunni terror attacks carried out within it—and then crunch the numbers to see which explanations best predicted a country’s rate of Sunni radicalization and violence. (The raw foreign fighter data came from The International Centre for the Study of Radicalisation and Political Violence; the original attack data came from the University of Maryland’s START project.)

What we found surprised us, particularly when it came to foreign fighter radicalization. It turns out that the best predictor of foreign fighter radicalization was not a country’s wealth. Nor was it how well-educated its citizens were, how healthy they were, or even how much Internet access they enjoyed. Instead, the top predictor was whether a country was Francophone; that is, whether it currently lists (or previously listed) French as a national language. As strange as it may seem, four of the five countries with the highest rates of radicalization in the world are Francophone, including the top two in Europe (France and Belgium).

Knowledgeable readers will immediately object that the raw numbers tell a different story. The English-speaking United Kingdom, for example, has produced far more foreign fighters than French-speaking Belgium. And fighters from Saudi Arabia number in the several thousands. But the raw numbers are misleading. If you view the foreign fighters as a percentage of the overall Muslim population, you see a different picture. Per Muslim resident, Belgium produces far more foreign fighters than either the United Kingdom or Saudi Arabia.

[W]hat could the language of love possibly have to do with Islamist violence? We suspect that it is really a proxy for something else: French political culture.

So what could the language of love possibly have to do with Islamist violence? We suspect that it is really a proxy for something else: French political culture. The French approach to secularism is more aggressive than, say, the British approach. France and Belgium, for example, are the only two countries in Europe to ban the full veil in their public schools. They’re also the only two countries in Western Europe not to gain the highest rating for democracy in the well-known Polity score data, which does not include explanations for the markdowns.

Adding support to this story are the top interactions we found between different variables. When you look at which combination of variables is most predictive, it turns out that the “Francophone effect” is actually strongest in the countries that are most developed: French-speaking countries with the highest literacy, best infrastructure, and best health system. This is not a story about French colonial plunder. If anything it’s a story about what happens when French economic and political development has most deeply taken root.

An important subplot within this story concerns the distribution of wealth. In particular, the rate of youth unemployment and urbanization appear to matter a great deal too. Globally, we found that when between 10 and 30 percent of a country’s youth are unemployed, there is a strong relationship between a rise in youth unemployment and a rise in Sunni militancy. Rates outside that range don’t have an effect. Likewise, when urbanization is between 60 and 80 percent, there is a strong relationship.

These findings seem to matter most in Francophone countries. Among the over 1,000 interactions our model looked at, those between Francophone and youth unemployment and Francophone and urbanization both ranked among the 15 most predictive. There’s broad anecdotal support for this idea: consider the rampant radicalization in Molenbeek, in the Parisbanlieus, in Ben Gardane. Each of these contexts have produced a massively disproportionate share of foreign fighters, and each are also urban pockets with high youth unemployment.

As with the Francophone finding overall, we’re left with guesswork as to why exactly the relationships between French politics, urbanization, youth unemployment, and Sunni militancy exist. We suspect that when there are large numbers of unemployed youth, some of them are bound to get up to mischief. When they live in large cities, they have more opportunities to connect with people espousing radical causes. And when those cities are in Francophone countries that adopt the strident French approach to secularism, Sunni radicalism is more appealing.

For now, the relationship needs to be studied and tested by comparing several cases in countries and between countries. We also found other interesting relationships—such as between Sunni violence and prior civil conflict—but they are neither as strong nor as compelling.

Regardless, the latest attacks in Belgium are reason enough to share the initial findings. They may be way off, but at least they are based on the best available data. If the data is wrong or our interpretations skewed, we hope the effort will lead to more rigorous explanations of what is driving jihadist terrorism in Europe. Our initial findings should in no way imply that Francophone countries are responsible for the recent horrible attacks—no country deserves to have its civilians killed, regardless of the perpetrator’s motives. But the magnitude of the violence and the fear it engenders demand that we investigate those motives beyond just the standard boilerplate explanations.

William McCants

Director, U.S. Relations with the Islamic World

Senior Fellow, Foreign Policy, Center for Middle East Policy

@will_mccants

William McCants is a senior fellow in the Center for Middle East Policy and director of the Project on U.S. Relations with the Islamic World. He is also an adjunct faculty member at Johns Hopkins University and has served in government and think tank positions related to Islam, the Middle East, and terrorism, including as State Department senior adviser for countering violent extremism. He is the author of « Founding Gods, Inventing Nations: Conquest and Culture Myths from Antiquity to Islam » (Princeton University Press, 2011) and « The ISIS Apocalypse: The History, Strategy, and Doomsday Vision of the Islamic State » (St. Martin’s Press, 2015).

 

http://www.huffingtonpost.fr/2016/03/26/radicalisation-france-etude-francophonie-gerard-araud_n_9550006.html?utm_hp_ref=france&ir=France

 

 

 

Laisser un commentaire

MILLE DOCUMENTS EN LIGNE

 6 Mois-1000 documents en ligne

La bibliothèque numérique de L’IDBE   vient de mettre en ligne son 1000ième document.

Symboliquement, c’est un article de Yann Fouéré!

C’est l’occasion d’une première évaluation après 6 mois de fonctionnement. Le site répond donc aux attentes que nous avions émises lors de sa présentation en Octobre 2015 que ce soit en accessibilité, en nombre de visiteurs, dans la variété des documents proposés.

 

Rappelons déjà que le site fonctionne avec ses fonds propres, sans soutien « institutionnel », gage de son indépendance à bien des égards, qu’il s’articule autour du fonds documentaire de l’I.D.B.E.  Aujourd’hui – et il faut les remercier- d’autres contributeurs nous apportent régulièrement leurs documents, lesquels sont numérisés et mis en ligne: Cette marque de confiance nous honore comme elle honore (tout) le mouvement breton:   Créer et  mettre en oeuvre,  pour mettre en commun et partager : Rassembler…

 

Ainsi La Bibliothèque Numérique de L’IDBE propose déjà un large éventail de documents téléchargeables gratuitement: livres, brochures, plaquettes, journaux… sur notre histoire nationale, sur notre langue, sur notre économie, …. (Ceux-ci couvrant l’ensemble du territoire historique breton)  comme il est proposé aussi des documents concernant les autres minorités nationales d’Europe.

Quelques exemples:

Documents concernant l’agriculture : 62

Documents en breton (hors journaux) : 210

Documents d’histoire locale: 100

Documents d’histoire : 87

Nombres de journaux complets ( ou quasi complet ): Kroaz Ar Vretoned, Wanig ha Wenig, Stur, Sked, Brittia, Studi hag Ober, Le fureteur Breton( incomplet) , Dihunamb ( incomplet ), Kroaz Breiz, ect ect

Les plus anciens : 1624 acte notarié à  Domloup, 1675 cahier de paroisse de La Roche Derrien, 1697 la vie du R P Julien Maunoir,…

Le plus gros en nombre de pages: Biographie Bretonne Levot 1900 pages

 

La bibliothèque Numérique  a acquis une reconnaissance auprès des internautes principalement bretons, en témoignent les données suivantes:

Téléchargement par mois: actuellement 800

Temps moyen des consultants sur le site : 10mn

Taux de nouveaux venus ce dernier mois: 40%

La quasi totalité des documents ont été téléchargés au moins une fois

L’essentiel des visiteurs étant de Bretagne et de la région parisienne, quelques uns  d’autres pays du Monde (Irlande, Etats Unis, Espagne, Belgique ….)

Le système d’abonnement aux nouveautés, diffusé une fois par semaine,  est très utilisé et est rediffusé ensuite par certains utilisateurs auprès de leur structure ou association.

Le moteur de recherche Google intègre directement certains téléchargements, de manière directe sans passage sur le site (et donc sans comptabilisation dans nos données).

Ces chiffres nous confortent dans notre action, mettent  en évidence la nécessité d’ouvrir largement les fonds documentaires aux générations actuelles comme aux prochaines.. Cela sera un travail de longue haleine et beaucoup reste à faire:

-Compléter les séries de périodiques à numéros manquants

– Mieux documenter certains domaines (mer, arts, par exemple)

– Renforcer le réseau des  » contributeurs »

– Renforcer l’équipe technique

 

 

L’ IDBE a créé un outil au service des Bretons d’aujourd’hui et de demain, il nous faut l’affirmer et le renforcer. Et ne comptons pas sur un quelconque suzerain pour nous y aider…

 

 

Laisser un commentaire

Limites territoriales, le Conseil de l’Europe condamne l’Etat français!! (encore une fois)

Lettre ouverte :

Messieurs les Députés et Sénateurs alsaciens, et Président  de région Acal illégitime,

Alors que le  Congrès des pouvoirs locaux et régionaux du Conseil de l’Europe vient de condamner hier le gouvernement français à 98,62 % des voix (143 voix pour, 2 contre et 7 absentions, soit la quasi unanimité) pour ne pas avoir consulté les régions préalablement à la modification de leurs limites territoriales, la secrétaire d’Etat chargée des Collectivités territoriales Estelle Grelier, s’obstine, dans un déni de démocratie insupportable, à faire croire que les collectivités ont été associées au processus d’élaboration de la loi, et que cette réforme territoriale sera source d’économies. Cet aveuglement, cette surdité, cet autisme-même prêteraient à sourire si l’on pouvait accorder une once de bonne foi au gouvernement français, mais ils le confinent à la dictature tant sa bonne foi est feinte.

En l’état, il est de votre responsabilité politique et de votre devoir moral de déclarer illégitime la fusion des régions et d’EXIGER dans votre assemblée, avec force et conviction, la suspension immédiate la loi du 15 janvier 2015 et l’organisation d’un référendum en Alsace.

Nous sommes dans un cas tout à fait similaire à celui de 1871, à cette différence près qu’en 1871 l’Alsace ne disparaissait pas. Sachez vous montrer dignes de vos anciens qui n’ont jamais abandonné l’Alsace. Ne soyez pas les complices d’un gouvernement non démocratique condamné par 46 des 47 Etats-membres du Conseil de l’Europe (hors la France).

Salutations cordiales,

Les Alsaciens Réunis

Laisser un commentaire

A LIRE DE TOUTE URGENCE ET EN PRIORITÉ !!!!

PARLEMENT DE BRETAGNE « Feu mal éteint ».  Gérard Gautier

En vente en ligne dans la boutique de l’IDBE, cet excellent essai sur l’incendie du Parlement de Bretagne en 1994.

L’écriture est toujours aussi juste et ciselée, les éléments détaillés et fouillés. On retrouve le style inimitable de G Gautier.

On referme le livre que l’on a lu d’une traite avec des points d’interrogations plein la tête, mais aussi en ayant axquis des certitudes……

http://idbe-bzh.org/boutique/auteurs/gerard-gautier/580/

Laisser un commentaire

Bref Panorama de l’édition en langue bretonne par Gilbert Geffroy

  • Le nombre de livres en breton publiés annuellement est de plus de 100 titres. Ce nombre à tendance à augmenter . Le tirage moyen pour un  titre  en  breton  s’élève     à 1 300 exemplaires (2 400 pour les titres bilingues) et on compte une quarantaine de structures qui éditent en breton, soit environ 20% des éditeurs bretons. De nombreux emplois pour les brittophones sont désormais liés à ce secteur.
  • Près de la moitié des livres publiés sont destinés aux adultes. L’offre abordant l’art, la vie quotidienne ou les sciences humaines est encore assez ténue et il en va de même pour les bandes dessinées.
  • La plupart des éditeurs sont associatifs, cependant 25% d’entre eux a un statut commercial ( Société anonyme – SA , Sociéré à responsabilité limitée – SARL, ect )
  • L’édition en langue bretonne se caractérise et fonctionne essentiellement grace au bénévolat mais globalement 30% des personnes y travaillant sont salariés
  • Annuellement ce sont environ 110 titres qui sont publiés soit 8 % de la production nationale bretonne en livres
  • 85% des publications en breton sont des créations, 15% des traductions d’oeuvres litteraires du patrimoine mondiale
  • Les publications bilingues ( breton-français, breton -anglais..) ne présentent que 25% de la production ( 75% en breton uniquement )
  • L’offre de livres en breton pour la jeunesse est important et plusieurs maisons d’editions y consacrent quasi uniquement ( 20 titres nouveaux par an )
  • L’offre éditoriale est surtout littéraire et des manques sont repérés dans les domaines artistiques ( Coüt plus élévé ) , technologiques et les livres pratiques…
  • les périodiques en breton pour adultes : journaux et revues: un hebdomadaire “YA” tirant à 1200 exemplaires, des mensuels surtout d’informations générales et littéraires : Al Liamm (littérature), Hor Yezh ( linguistique) , Al Lanv ( société et politique) , Brud Nevez ( litterature) , Imbourc’h ( litterature) , Minihi Levenez( religion) , des bimensuels comme Bremañ ( faits de société )
  • les périodiques en breton pour la jeunesse : Plusieurs revues sont destinées a la jeunesse elles sont mensuelles La Maison d’édition “Keit Vimp Bev” propose des mensuels adaptés aux différentes tranches d’age ( Rouzig de 3 a 5ans- Louarnig pour les enfants jusqu’à 12ans , Meuriad pour les jeunes adolescents… ) L’ensemble de ces revues sont de haute qualite graphique professionnelle.
  • L’essentiel de le distribution des revues en breton se fait par abonnement ( 84 %) et est diffusée  en moyenne à 500 exemplaires.
  • Il faut noter que les grands journaux quotidien francais de diffusion bretonne ( Ouest France et Le Télégramme ) publie reguliérement des articles en breton ( en général une fois pas semaine ) Il en va de même pour des hebdomadaires comme Le Trégor…

 

Laisser un commentaire

Centenaire des Pâques Irlandaises ….. Suite…..

Dans le cadre de notre dossier sur le centenaire des Pâques Irlandaises nous vous invitons à suivre les liens suivants:

Olwen Fouéré, célèbre actrice irlandaise, narratrice du concert vous conseille:

« Attendees were treated to an excerpt from a new music commission by Simon O’Connor, performed by vocalist Michelle O’Rourke with the backing of the RTÉ Concert Orchestra ensemble and dedicated to the widows of those who lost their lives in 1916.
The magnificent performance by the RTÉ Ensemble conducted by Conor Palliser was narrated by actor Olwen Fouéré. It will be performed in full in venues throughout the country during the year. I performed at this event today. It was an amazingly moving experience with many members and descendants of the families involved present:

http://www.irishtimes.com/news/ireland/irish-news/president-honours-role-of-women-in-creating-ireland-of-today-1.2564563#.Vt8q69SJWQ0.mailto

Erwan Fouéré vous conseille: 

http://www.ireland.ie

http://www.taoiseach.gov.ie

http://therevolutionpapers.ie/subscription.php

 

Laisser un commentaire

Comment peut-on être Alsacien, essai sur l’identité française de Pierre Klein

Nous vous conseillons vivement le dernier ouvrage de Pierre Klein:

Comment peut-on être Alsacien, essai sur l’identité française, Editions Salde, 5 bd de la Victoire à Strasbourg, 12 €
(voir extrait de recensions ci-après)
Extraits de recensions
 
Comment peut-on être Alsacien, essai sur l’identité française
1.            « Pierre Klein s’inscrit… dans la lignée des grands intellectuels qui ont lutté, au siècle dernier, pour cette modernisation et cette démocratisation de notre pays : un Yves Person, un Robert Laffont ou un Richard Marienstras. » Henri Giordan in Diasporiques
2.            « Pierre Klein geht die Frage von Sprache und Identität des Elsass in seinem klar geschriebenen, klar argumentierten lesenswerten Text von einem neuen Standpunk an. Für ihn ist de elsässische Problematik „kein eigentlich elsässisches Problem, noch weniger ein deutsches, sondern vor allem ein französisches“. » Emma Guntz in DNA
3.            « … le propos de Pierre Klein dans cet essai … transpose le problème alsacien à un niveau philosophique, en quelque sorte une suite à la Psychanalyse de l’Alsace de Fr. Hoffet. » L’Ami-Hebdo
4.            « Ce nouveau livre, à la fois savant et courageux est avant tout un acte de foi en l’avenir, et on sait que l’auteur s’emploie depuis longtemps par son action politique énergétique, à transformer ses idées en réalités. » Yves Plasseraud, président du GDM
5.            « En 135 pages, Pierre Klein nous invite à nous réconcilier avec nous-mêmes et à assumer notre alsacianitude de façon déterminée, logique et sereine. » François Weiss in L’Outre-Forêt
6.            « Pour Pierre Klein il s’agit non pas de se soustraire aux principes universels, mais au contraire de considérer que ceux-ci ne prendront véritablement leur sens que si les identités culturelles et les appartenances multiples ne font pas l’objet de discriminations… Il s’agit notamment de faire prendre en compte les justes revendications de la diversité des vécus dans une déconstruction-reconstruction de l’histoire de France permettant à toutes les mémoires occultées de s’inscrire dans une nouvelle mise en perspective, base d’une identité nationale actualisée et vivante pour les Français d’aujourd’hui. Le devoir de mémoire doit aller impérativement de pair avec la prise en compte de la diversité des mémoires. » Elan, cahier du FEC.
Pierre Klein:Promoteur de l’enseignement régional bilingue et d’une identité alsacienne ouverte et plurielle inscrite dans le post-nationalisme. Pierre Klein est aussi un militant historique du mouvement culturel alsacien.

Philosophe et essayiste, il est l’auteur de plusieurs ouvrages et de nombreux articles traitant des problèmes alsaciens.

La philosophie politique qui domine sa démarche est celle de l’être et du vivre ensemble, celle de la responsabilité et de l’éthique, celle aussi du nécessaire lien entre diversité et égalité, entre universalité et particularité, entre identité et altérité. En somme, il est question pour lui de garantir l’union dans la diversité d’individus et de groupes différents et égaux.

Laisser un commentaire

Le 24 avril 2016 marque le centenaire de : «  L’Insurrection de Pâques 1916 – Les Pâques Sanglantes à Dublin. » La bibliothèque numérique de l’IDBE consacre un dossier sur l’Irlande et son histoire. Tous les thèmes et types de documents sont abordés, dans le sens le plus large.

Le lundi de Pâques du 24 avril 1916, en pleine guerre mondiale, un groupe d’Irlandais se soulèvent contre le colonisateur britannique. Les Britanniques et les Irlandais loyaux à la Couronne voient cette tentative comme un mauvais coup porté aux soldats qui se battent dans les tranchées…

De la loyauté à la trahison

En août 1914 a éclaté la Grande Guerre. Le Premier ministre britannique Lord Asquith convainc les Irlandais des deux camps, nationalistes et loyalistes, de mettre une sourdine à leur différend jusqu’à la fin du conflit. Il fait d’autre part avaliser le texte du«Home rule» (autonomie de l’île) par le roi Georges V avec la promesse d’un amendement concernant l’Ulster. Dès le début du conflit européen, les Irlandais se portent massivement volontaires dans l’armée britannique pour combattre les Allemands. Au total 200.000 environ.

Quelques extrémistes du Sinn Fein nationaliste et de l’IRB (Irish Republican Brotherhood) préfèrent toutefois appliquer l’adage : «England’s difficulty is Ireland’s opportunity» (Les difficultés de l’Angleterre sont des occasions à saisir pour l’Irlande).

L’un d’eux, Sir Roger Casement, un diplomate de belle prestance, se rend en Allemagne pour convaincre des prisonniers irlandais de prendre l’uniforme… allemand ! Il prend également contact avec les autorités allemandes et leur demande des armes en vue d’une insurrection prévue le dimanche de Pâques 1916, un 23 avril.

Les insurgés du Sinn Fein et de l’IRB disposent d’un millier de Volontaires irlandais et d’une centaine de miliciens de l’Armée citoyenne de James Connolly. Ces hommes forment ce que l’on appellera un peu plus tard l’Irish Republican Army (IRA)…

Deux jours avant Pâques, le chalutier hollandais qui devait livrer les munitions est arraisonné et, plutôt que d’être capturé, se saborde. Casement, capturé par les Anglais, sera pendu pour haute trahison. Informé de ces déconvenues, Thomas Clark, président du «gouvernement provisoire irlandais», maintient le principe de l’insurrection mais la reporte au lendemain de Pâques, à midi (scrupule religieux ? superstition, le 23 avril étant la fête de Saint George, patron de l’Angleterre ?…).

À l’heure dite, les insurgés qui ont été informés du changement de programme occupent plusieurs bâtiments stratégiques au centre de Dublin, dont la Poste, l’Hôtel de ville, le Palais de Justice et des gares.

Ils déploient le drapeau tricolore au-dessus de la Poste et l’un de leurs chefs, le poète Patrick Pearse, lit une proclamation aux badauds :

«Au nom de Dieu et des générations mortes dont elle reçoit la vieille tradition nationale, l’Irlande, par notre voix, appelle ses enfants à son drapeau. Soutenus par nos frères exilés en Amérique, nous déclarons que le droit du peuple irlandais à la propriété de l’Irlande et à la libre détermination de sa destinée est libre et imprescriptible.»

Les insurgés espèrent que les badauds vont se rallier à l’insurrection. Las, ils sont conspués par la foule qui commence à se rassembler devant le bâtiment. Qui plus est, ils s’abstiennent d’occuper le Château, résidence du vice-roi et siège du gouvernement général, bien qu’il n’ait pas de défenseurs. C’est l’échec.

Une répression féroce… et contre-productive

L’armée britannique amène de l’artillerie lourde et bombarde consciencieusement le centre de Dublin. Après cinq jours de résistance, les insurgés capitulent sans conditions. Bilan humain : une soixantaine de morts parmi les insurgés, une centaine parmi les assaillants et plus de deux cents parmi les civils, environ 3.000 arrestations.

Un Conseil de guerre condamne à mort tous les meneurs (James Connolly, blessé, doit être calé contre une chaise pour être fusillé comme il convient). Parmi les condamnés à mort figure John MacBride dont le fils, Seán MacBride, deviendra Premier ministre de la République d’Irlande avant de fonder Amnesty International et d’obtenir pour cela le Prix Nobel de la Paix en 1974.

Un certain Eamon de Valera échappe à l’exécution du fait de sa citoyenneté américaine (il est né d’un père espagnol et d’une mère irlandaise). Il deviendra le premier Président de la République d’Irlande.

Contre toute attente, la férocité de la répression va retourner l’opinion publique en faveur des insurgés et transformer les condamnés en martyrs de la cause irlandaise. Même le gouvernement américain, pressé par sa communauté irlandaise, s’y met et plaide l’indulgence auprès de Londres.

David Lloyd George, Premier ministre en décembre 1916, libère ou amnistie plusieurs chefs de l’insurrection (de Valera, Griffith, Collins…) pour complaire aux Américains. Dans les mois qui suivent, les élections témoignent en Irlande d’un courant de sympathie inattendu en faveur du Sinn Fein, naguère marginal.

La paix revenue, les élections générales sont un triomphe pour le Sinn Fein qui totalise en Irlande 73 députés sur 105. Prônant l’indépendance, ils refusent néanmoins de siéger à Westminster. Le 21 janvier 1919, à Dublin, ils constituent un Parlement national (Dail Eireann en gaélique). Ils lancent en vain un Appel aux Nations en vue de l’indépendance de l’île.

 

Laisser un commentaire

INVITATION

Vous êtes cordialement invités à la conférence animée par Yves Mervin

.

organisée par l’IDBE

Un temps de questions-réponses vous sera réservé à la fin de la conférence.

Nous continuerons la discussion en toute amitié et décontraction autour d’un cocktail de fin d’après-midi offert par l’IDBE.

*Entrée libre et gratuite.

Réservation conseillée auprès de Servane (idbe.gwp@gmail.com/06 81 87 54 63)

Laisser un commentaire

Prochain dossier: Les luttes celtiques/ Gouren

Bientôt de nombreux documents concernant les Luttes Celtiques/Gouren seront présents sur le site de la bibliothèque numérique de l’IDBE.
Vous y trouverez des ouvrages, des photos, affiches….Dans un premier temps c’est surtout l’aspect dit « moderne » du Gouren qui sera exploité.
La Fédération de Gouren de Landerneau et particulièrement Monsieur Caron, nous ont ouverts leur porte et mis à notre disposition une partie des documents que vous allez trouver dans ce dossier.
Pour les archives plus anciennes se trouvent dans les locaux de la mairie de Belle Isle En Terre. Un musée devait voir le jour. Hélas, le projet est actuellement plus qu’incertain. Le responsable que nous avons pu joindre au téléphone nous refuse catégoriquement l’accès à ces documents. Nous nous étions pourtant engagés à ne mettre en ligne que les pièces dont nous aurions obtenu l’autorisation par les ayants-droits. De plus nous aurions peut-être pu aider à la réalisation du musée grâce à l’aide nos nombreux adhérents et contributeurs.

Pour rappel: Les luttes celtiques/ Gouren
Les origines remonteraient aux migrations en Bretagne armoricaine des groupes celtes venus de Grande Bretagne (Cornouaille et Pays de Galle), mélangés eux-mêmes à des groupes originaires d’Irlande.

Ces migrations sont successives du IVième au VIIième siècle sous la pression des Germains (Angles et Saxons) qui colonisent dans le même temps les Îles Bretonnes.

La lutte bretonne serait née du brassage entre les luttes pratiquées par ces groupes de migrants et la lutte armoricaine continentale du haut Moyen-Âge. Mais tout cela resterait bien incertain, même si la persistance prouvée de luttes celtiques proches de la lutte bretonne, en Irlande, aux Pays de Galle et en Cornouaille britannique, renforce cette hypothèse. L’Irlande n’aurait que très récemment (fin XIXième ?) perdu trace de la pratique de sa lutte (Collar and Elbow), qui resterait pratiquée aux USA, importée par les colons irlandais.
Les premières représentations attestées de luttes celtiques
remontent au IXième siècle, en Irlande principalement (cf la croix de Kells), en la présence de textes relatant des jeux gaéliques ou des sculptures sur des croix ou des monuments religieux.

Laisser un commentaire

Propulsé par WordPress. & Woo Themes
Site réalisé par Agence web PDS