LE MYTHE DE L’HEXAGONE

18,00

Le mythe de l’hexagone de Olier Mordrel

Aux éditions Jean Picollec

Publié en 1981

390 pages

État propre, intérieur très frais

Description

Le mythe de l’hexagone

“LE MYTHE DE l’HEXAGONE”, paru en 1981 chez l’éditeur Jean Picollec, constitue un ouvrage de référence fondamental, au propos d’une valeur intemporelle, et que je ne saurais trop vous conseiller de lire, de relire, de faire lire, de découvrir ou de redécouvrir.

Rareté

“LE MYTHE DE L’HEXAGONE” d’Olier Mordrel est malheureusement épuisé depuis longtemps, et n’a hélas encore fait l’objet d’aucune réédition à ce jour. Chose infiniment déplorable, eu égard à la grande qualité de l’ouvrage, ainsi qu’à la portée du message qu’il délivre.

Histoire

Comme son titre l’indique, Mordrel y démonte point par point, sous la forme d’un magistral rappel historique concernant chacune de ses régions, le mythe du prétendu “Hexagone”, ce mythe tenace sur lequel prétendent s’appuyer les diverses chapelles du nationalisme français, et auquel s’accrochent plus largement tous les adeptes de la croyance jacobine en une prétendue nation “une-et-indivisible”.

Ainsi que le rappelle l’auteur avec brio, celle-ci ne constitue en aucune manière une nation digne de ce nom, puisqu’elle est en réalité composé d’au moins vingt nations très différentes -qualifiées de façon dévalorisante de “régions”-, annexées sous la contrainte au prix d’une acculturation intensive et d’une confiscation de leurs prérogatives légitimes, sur fond de centralisme administratif aux relents impérialistes, voire colonialistes.

Du reste, ces annexions ne remontent bien souvent pas à la nuit des temps, contrairement à une croyance trop largement répandue. Ce n’est en effet qu’en 1532 qu’un traité d’union a été conclu entre la France et la Bretagne, cette dernière étant restée autonome jusqu’en 1789, date de la suppression de son autonomie et de son annexion pure et simple.

Ce n’est qu’avec le traité des Pyrénées, en 1659, que le “Nord-Pas de Calais” fut en grande partie annexé par la France, la conquête militaire ayant été parachevée vingt ans plus tard, en 1679. Ce n’est que depuis 1769 que la Corse a été annexée par la France. Quant au Comté de Nice et à la Savoie, ils n’ont pour leur part été annexés qu’en…1860 ! Etc etc. Les exemples sont légion, et en réalité, peu nombreuses sont les régions qui sont “françaises” de très longue date.

Ce constat vient nous rappeler l’importance capitale de la seule alternative permettant de respecter réellement l’autonomie, l’identité et la diversité des peuples et des nations réels : celle d’un fédéralisme intégral, interne comme externe, non seulement à l’échelle des actuels Etats-Nations, mais aussi, beaucoup plus largement, à l’échelle continentale tout entière.

 

 

Informations complémentaires

Poids 0.420 kg

Propulsé par WordPress. & Woo Themes
Site réalisé par Agence web PDS